Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > Berges de Seine : lettre du Maire du 6e

Berges de Seine : lettre du Maire du 6e

Je souhaitais attirer solennellement votre attention et au-delà, celle de la Mairie de Paris, ainsi que celle de l’ensemble des institutions qui ont un avis à émettre sur ce dossier, sur les conséquences extrêmement fortes qui résulteront de l’aménagement des voies sur berges rive droite et de leur fermeture à la circulation.

Le projet de la Maire de Paris, qui ne figurait d’ailleurs pas dans son programme électoral de 2014, aura des conséquences excessivement graves pour la circulation à Paris, et plus généralement pour la circulation dans toute l’agglomération parisienne.

Malheureusement, grâce à l’amendement BAUPIN voté subrepticement en 2014, la Mairie de Paris a de fait une autorité totale sur son domaine viaire, alors qu’auparavant les voies sur berges relevaient de la compétence de la Préfecture de Police. Celle-ci ne peut donc pas s’y opposer même s’il paraît indispensable que la réversion soit possible, c’est-à-dire que les voies sur berges soient aménagées de telle façon qu’elles permettent une réouverture immédiate et son usage par des véhicules au cas où la situation de la Capitale ou du pays l’exigerait.

Depuis les attentats dramatiques du 13 novembre dernier, en effet on ne peut plus faire comme si rien de grave ne pouvait arriver dans la Capitale. On a constaté lors de ces terribles attentats que l’arrivée rapide des secours influait directement sur la capacité des blessés à survivre.

Je pense pour ma part, et de nombreux habitants du 6e partagent cette vision, que le projet de la Mairie de Paris de fermer les berges rive droite, est un projet dangereux pour l’activité économique de la Capitale et pour la sécurité des Parisiens.

En effet, je prétends qu’au-delà des attentats, si un sinistre survenait dans la Capitale, la fermeture des voies sur berges pourrait déboucher sur une paralysie totale de la circulation, surtout si elle était accompagnée d’évènements climatiques comme l’arrivée de la neige, de fortes pluies ou comme nous l’avons vu, un début d’inondation.

Enfin, le souci de l’attractivité économique de la Capitale et de la Métropole dans laquelle Paris est partie intégrante, devrait conduire la Mairie de Paris à plus de retenue quant à ses projets d’aménagement.

Malheureusement, l’absence d’une majorité stable, sa soumission aux élus soi-disant écologistes, soumettent la majorité municipale à une véritable fuite en avant.

J’ai pour ma part, seul ou avec certains de mes collègues, adresser de nombreux courriers à l’ensemble des parties prenantes. Ils sont récapitulés en annexe par ordre chronologique. Vous trouverez pour chacun d’entre eux les copies des réponses qui me sont parvenues et qui malheureusement ne laissent percevoir aucun signe d’ouverture. La Maire de Paris s’entête et le Préfet de Police qui en aparté reconnaît son caractère dangereux, considère qu’il ne peut rien faire, puisqu’il a été nommé par le gouvernement Valls/Cazeneuve avec l’obligation de se taire et de laisser réaliser ce projet, en dépit des craintes qu’il lui inspire.

Enfin, le Président de la Métropole, Patrick Ollier, que j’ai personnellement rencontré, partage ma vision des choses, comme la majorité des Maires des communes limitrophes de Paris, situées principalement dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

En votre qualité de Commissaire-Enquêteur, vous allez prendre néanmoins part à cette décision, et je ne peux que vous engager à exprimer clairement les attentes, les craintes et les remarques qui ont été faites par les habitants de la Capitale.

Toute volonté de les dissimuler ou de les amoindrir comme le fait l’actuelle municipalité parisienne, porte en germe le risque de graves incidents.



 

Fichiers en téléchargement



 
-->